Des Mots-Niaques

Vous avez envie de parler de tout et de rien sans vous prendre la tête ?
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ingrid Betancourt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MissDuCube
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4654
Age : 35
Localisation : Mons - Belgique
Emploi : Infographiste
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Ingrid Betancourt   Ven 4 Avr 2008 - 9:45

Voilà un sujet dont on entend souvent parler depuis quelques mois :


La détention d'Ingrid Betancourt en Colombie par les membres du Farc depuis 2232 jours ...

Ingrid Betancourt a été enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) le 23 février 2002. Ayant acquis la nationalité française par mariage, son enlèvement bénéficie d’une importante médiatisation et sa libération est demandée par de nombreux comités de soutien en France.



Biographie

Íngrid Betancourt est la fille de Gabriel Betancourt, ancien ministre colombien de l'Éducation (sous la dictature du général Gustavo Rojas Pinilla) et de Yolanda Pulecio, ancienne reine de beauté du département de Cundinamarca devenue sénatrice.
Elle passe une partie de son enfance en France, lorsque son père obtient un poste à l'UNESCO.
Elle fait ses études primaires à Paris puis ses études secondaires au Lycée Français Louis Pasteur de Bogota.

Après son baccalauréat, elle est à nouveau à Paris pour suivre les cours de l´Institut d'Études Politiques.
Son père est alors ambassadeur de Colombie à l'UNESCO, et de nombreuses personnalités fréquentent la famille. C'est ainsi qu'Íngrid Betancourt fait la connaissance du poète Pablo Neruda, avec lequel sa famille garde un fort lien d'amitié jusqu'à sa mort en 1973.

Après être rentrée en Colombie, Íngrid repart pour Paris et entre à l'Institut d'études politiques où elle a pour professeur Dominique de Villepin.
C'est là qu'elle fait la connaissance d'un Français, Fabrice Delloye, qu'elle épouse en 1981. De cette union naissent deux enfants, Mélanie et Lorenzo Delloye.

En 1990, Íngrid Betancourt divorce, revient seule à Bogotá et entre au ministère colombien des Finances.
Elle est élue députée en 1994 et crée son parti, Oxígeno Verde, en 1998. Elle est élue sénatrice la même année.

Elle s'apprête à se présenter à l’élection présidentielle lorsqu'elle est enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie le 23 février 2002 près de Florencia, en compagnie de sa directrice de campagne, Clara Rojas. Malgré une forte mobilisation internationale pour obtenir sa libération, elle est toujours prisonnière du groupe révolutionnaire.



Enlèvement



Lorsque les pourparlers avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie sont arrêtés en février 2002, le gouvernement d'Andrés Pastrana donne l’ordre à l’armée de reprendre la zone de 42 000 km² cédés.

Le 23 février 2002, le président Pastrana part en hélicoptère vers San Vicente del Caguán (Colombie) dans le but de rendre officielle la présence des forces armées dans la commune. Les autorités refusent à Íngrid Betancourt la possibilité de voyager par voie aérienne avec les journalistes qui accompagnent le chef de l’État. Alors en campagne présidentielle, elle décide de ne pas faire marche arrière pour soutenir le maire de San Vicente del Caguán, membre de son parti politique.

Íngrid Betancourt prend la route de Florencia (capitale du département) qui mène à San Vicente del Caguán, malgré les avertissements du gouvernement lui signalant la présence de guérilleros procédant à des barrages en certains endroits de la route. Alors qu'une dernière barrière militaire empêche le convoi de continuer et que les militaires annoncent la présence des guérilleros quelques kilomètres plus loin, la candidate donne l’ordre à son conducteur de poursuivre sa route après avoir signé un document dans lequel elle se rend responsable de cette décision. Íngrid Betancourt et Clara Rojas passent plusieurs barrages des FARC jusqu'à ce qu'elles soient arrêtées à Paujil (Caquetá).

L'affaire du 14 juillet

L’opération dite du 14 juillet est une tentative de libération d’Íngrid Betancourt, qui a rapidement échoué.
Elle a provoqué une tension dans les relations diplomatiques de la France avec la Colombie et le Brésil, et a sans doute donné davantage de valeur marchande à l’otage, compliquant ainsi sa libération future.

Le 9 juillet 2003, un avion de transport militaire français atterrit sur l’aéroport de Manaus, au Brésil, à la demande de la famille Betancourt, dans le but d’exfiltrer l'otage, dont la libération imminente est attendue sur la foi d'une information incertaine. À bord de l'avion se trouvent une équipe médicale et des diplomates, dont le chef-adjoint du cabinet du ministre des Affaires étrangères français, qui a décidé de l’opération.
Le commandant de bord a obtenu l’autorisation d’atterrissage au prétexte de faire le plein de kérosène avant de regagner Cayenne. L’attitude des Français paraît suspecte aux yeux de la police brésilienne (refus d’inspection de l’avion, propos des Français concernant le « ramassage de quatre personnes » surpris par des Brésiliens). Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amori, informé le 12 juillet de cette présence française, contacte son homologue français qui fait allusion à une opération humanitaire.
Le 13 juillet, l’avion doit décoller pour Cayenne, sur ordre du président Luiz Inácio Lula da Silva.

L’opération est rendue publique par l'hebdomadaire brésilien Carta Capital. Elle donne alors lieu à la convocation des ambassadeurs français au Brésil et en Colombie. Dominique de Villepin présente des excuses publiques le 31 juillet. La mission provoque une polémique, ayant été décidée par le ministre français des Affaires étrangères seul qui n'a informé ni le ministre de la Défense, ni le Premier ministre, ni le président de la République (lors d'un point de presse, Jacques Chirac a d'abord annoncé qu'il n'était pas au courant), ces points étant ensuite officiellement démentis[6],[7].

17 mai 2007 : révélations d'un otage échappé ?

Un otage des FARC, le sous-officier colombien John Frank Pinchao Blanco, parvenu à s'échapper, s'exprime sur ses difficiles conditions de détention et livre des indices dans la recherche d'Íngrid Betancourt. Il indique avoir rencontré l'otage le 28 avril 2007 et affirme qu'elle a essayé à cinq reprises de s'échapper.

Pour autant, ces déclarations suscitent un regain d'intérêt pour la libération d'Íngrid Betancourt. Le président Álvaro Uribe annonce le 4 juin qu'il a libéré sans condition le chef guérillero des FARC, Rodrigo Granda, à la demande expresse de son homologue français Nicolas Sarkozy.
Par ailleurs, Álvaro Uribe a annoncé la libération à venir de plus de 150 rebelles repentis afin d'inciter la guérilla à libérer ses otages. Au lendemain de sa libération, le chef guérillero a critiqué ce processus, qualifiant les rebelles repentis de « déserteurs » et « obscurs personnages qui s'autoproclament commandants de troupes inexistantes ». « La louable intervention du président français en faveur de ma liberté a été dévoyée par M. Uribe et d'autres fonctionnaires du gouvernement qui y ont vu l'opportunité qu'ils recherchaient pour tenter de diviser les FARC », a déclaré Rodrigo Granda qui a en revanche apporté ses remerciements à Nicolas Sarkozy. Rodrigo Granda est depuis, recherché par interpol à la suite d'une demande d'un juge paraguayen pour sa présumée implication dans l'enlèvement et le meurtre de la fille de l'ancien Président du Paraguay Raul Cubas.

[b]30 novembre 2007 : nouvelles preuves de vie d'Íngrid Betancourt[/b]

Le 30 novembre 2007 les autorités colombiennes diffusent une vidéo de Betancourt.(récupérée avec une lettre de 12 pages d'Íngrid Betancourt à sa famille, suite à l'arrestation à Bogota de trois hommes appartenant aux FARC) qui daterait vraisemblablement du 24 octobre 2007. Elle y apparaît la tête baissée, extrêmement amaigrie et les cheveux très longs. L'otage n'y prononce pas le moindre mot. Bien que cette image ait rassuré sa famille, celle-ci déplore le gouffre entre la dernière preuve de vie d'Íngrid Betancourt en août 2003, une vidéo où l'otage parlait, et ce plan presque fixe.

Le 1er décembre 2007, le gouvernement colombien ainsi que les FARC ont laissé entendre qu'ils souhaitaient voir le président français Nicolas Sarkozy jouer un rôle accru dans le processus en cours concernant le sort des otages de la guérilla, dont Ingrid Betancourt. Le 6 décembre, Nicolas Sarkozy adresse deux messages(l'un radiodiffusé, l'autre télédiffusé) à destination des FARC et des otages. Le président français en appelle à la fibre humanitaire du chef des FARC, Manuel Marulanda, pour libérer le plus rapidement possible Ingrid Betancourt et exprime son rêve « de voir Ingrid au milieu des siens pour Noël ».

Le lendemain de la parution de la vidéo, des extraits de la lettre qu'Íngrid Betancourt a adressée à sa mère sont rendus publics. La franco-colombienne y raconte la vacuité des jours, les vexations quotidiennes et la fatigue des longues marches imposées par la fuite permanente des guérilleros. Elle explique également que ce qui compte le plus pour elle dorénavant, est d'entendre la voix de ses enfants par l'intermédiaire d'une radio abîmée en sa possession. Elle demande précisément à ce que trois messages hebdomadaires lui soient envoyés par ce biais les lundis, mercredis et vendredis. Radio France internationale, captée dans la jungle colombienne, a répondu à la demande du Comité de soutien à Íngrid Betancourt. Après un premier envoi de message le 7 décembre, l'opération est prévue pour se prolonger jusqu'à la libération de l'otage.

Ingrid Betancourt a reçu l'aide de l'Église catholique romaine, qui a joué un rôle actif dans les négociations.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://shadygirl0304.skyblog.com/
MissDuCube
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4654
Age : 35
Localisation : Mons - Belgique
Emploi : Infographiste
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Ingrid Betancourt   Ven 4 Avr 2008 - 9:45

Début 2008 : une situation alarmante pour l'otage

Le 28 février 2008, un otage des FARC libéré quelques jours auparavant informe la France de l'état de santé alarmant de Ingrid Bétancourt. L'otage libéré aurait précisé à Nicolas Sarkozy qu'Ingrid Bétancourt subissait de multiples sévices, vivait dans des conditions inhumaines et était extrêmement affaiblie après avoir contracté une hépatite B. Le président de la République s'est exprimé sur le sujet le jour-même, disant entre autres que la libération de l'otage était une question de vie ou de mort et qu'il était prêt à venir chercher Ingrid Bétancourt à la frontière colombienne si telle était une condition posée par les FARC. Les enfants de l'otage se sont dits "extrêmement angoissés" par la situation de leur mère.

Le 1er mars 2008, à la suite d'une opération menée par l'armée colombienne, Luis Edgar Debia Silva, dit Raul Reyes, considéré comme le numéro 2 des FARC, est tué en territoire équatorien (à 1,8 km de la frontière colombienne), avec plusieurs autres membres importants de la guérilla.
Si le gouvernement colombien considère ce résultat comme l'un des coups les plus durs portés aux FARC, et s'en félicite, la famille d'Ingrid Betancourt s'inquiète de ce qu'il puisse avoir des répercussions négatives sur son éventuelle libération.

Concernant les circonstances de la mort du numéro deux des Farc et ses conséquences sur le sort d’Ingrid Betancourt l’ambassadeur de France en Équateur a laissé entendre quelques jours après la mort de Raul Reyes que les États-Unis seraient impliqués sans apporter plus de précision. Par ailleurs Fabrice Delloye, ex mari d'Ingrid Betancourt, dans un interview à France Soir précise que le 26 février, une réunion à Panama a réuni les délégués des pays médiateurs (Espagne, France, Suisse, NDLR) et le haut-commissaire colombien pour la paix Luis Carlos Respreto. Selon lui les délégués ont annoncé qu’ils allaient rencontrer Raul Reyes. L'officiel colombien leur aurait répondu que c'était très bien de vouloir rencontrer Reyes. Or toujours selon Fabrice Delloye, dans la nuit du 1er mars , le président colombien, Alvaro Uribe décide sciemment de faire abattre Reyes en territoire équatorien sans prévenir les présidents des états médiateurs, ni le président Correa alors qu’il commet un acte de guerre dans son pays.

Dans un interview au journal colombien Cambio, la sénatrice Piedad Cordoba confirme et précise que Noël Saez, assesseur du gouvernement français aurait confié à l'un de ses amis qu'il se sentait responsable de la mort de Reyes, car il croyait que c'est suite à son appel que le chef guérillero avait été localisé.

Lors d'un point de presse officiel le 7 mars 2008, le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, confirme que la France est en contact avec le numéro 2 des FARC, Raul Reyes, quelques jours avant sa mort, alors que le 5 mars 2008, Laurent Wauquiez, porte-parole du premier ministre français François Fillon, affirme qu'il n'est « pas récemment » en contact avec Paris à propos d'Ingrid Betancourt.

Des lors les FARC présentent cette action militaire comme un "grave revers" pour la libération d'Ingrid Betancourt et d'autres otages, qui était, selon la guérilla, en cours de négociation avec les présidents français, équatorien et vénézuélien (négociations confirmées à des degrés divers par ces trois pays). Raul Reyes aurait en effet été, selon les FARC, leur porte-parole dans ces difficiles négociations. L'événement entraîne également une crise entre la Colombie et les pays voisins : l'Équateur, qui proteste contre l'incursion de l'armée colombienne sur son territoire, et le Vénézuela, que la Colombie accuse d'appuyer les FARC, en se basant sur des documents retrouvés dans l'ordinateur portable de Raul Reyes.

Dans la nuit du 28 au 29 mars 2008, un Falcon 900, envoyé par l'Élysée, s'est posé "discrètement" sur la piste de Cayenne, en Guyane française (information reprise dans le Journal du Dimanche du 30 mars 2008): il s'agit d'un avion médicalisé, garé sur une base militaire, en attente d'un dénouement dans l'affaire Betancourt, et la libération de l'otage, après qu'un médiateur colombien ait affirmé jeudi 27 mars 2008 qu'Ingrid Betancourt serait atteinte d'une hépatite B, d'une leishmaniose et souffrant de malnutrition. Suite à ces informations plus qu'alarmantes, le Président Colombien Alvaro Uribe, lance un appel aux FARC le même jour, en proposant la libération de tous les guérilleros y compris les prisonniers FARC condamnés pour crime contre l'humanité, en échange de la libération d'Ingrid Betancourt (proposition jugée "illégale" par la Fiscalia de Colombia et l'ONU le 28 mars).

Par la suite, le dimanche 30 mars 2008, cet avion redécollera de la base militaire de Rochambeau, à 15km de Cayenne, en Guyane française, pour rejoindre Paris (décollage a 6h56 heure locale, 11h56 heure de Paris).
L'avion repart vide: certaines sources militaires évoquent alors une opération de renfort pour l'opération "Harpie", destinée à lutter contre la clandestinité, lancée un mois plus tôt par Nicolas Sarkozy, président de la République Francaise : une certaine confusion plane alors sur les raisons exactes des fonctions réelles de l'avion (resté 36h à Rochambeau).
L'Elysée confirmera dans la journée qu'un autre avion médicalisé reste en alerte permanente à Villacoublay, base militaire située près de Paris, prêt à décoller à tout moment, en cas de dénouement dans l'affaire Betancourt.

Quelques heures plus tard, le Premier Ministre francais, François Fillon, affirmera au Journal Télévisé de 20h de TF1, en France, que le pays reste prêt à accueillir des guérilleros des [FARC], qu'il qualifiera de "militant", si eux-mêmes libèrent Ingrid Betancourt. Dans une interview sur France Inter le premier ministre français ira plus loin en proposant le statut de réfugié politique aux guerilleros du FARC. L'association France Terre d'asile réagira promptement en rappelant que le statut de prisonniers politique ne peut être accordé à une personne dont on aura de sérieuses raisons de penser qu’elles ont commis un crime contre la paix, un crime de guerre ou un crime contre l’humanité. La réponse des FARC sur ces évènements et la proposition relayée par Paris et Bogota se fait alors attendre.

Mardi 1 avril 2008 le journal la Tribune rapporte la publication lundi par l’Agence de presse bolivarienne, basée au Venezuela, d'un communiqué des FARC.

Dans cette lettre datée du 20 mars, Ivan Marquez, un des sept leaders des Forces armées révolutionnaires de Colombie, explique qu’après l'attaque, qui a causé la mort du commandant Raul Reyes, il était clair qu’il n’y aurait pas de rencontre avec la délégation française en vue d’étudier la libération d’Ingrid”.

Apres une réunion avec le comité de soutien à Ingrid Betancourt, Nicolas Sarkozy enregistre un second message à l'adresse des FARC et de Manuel Marulanda, Mardi 1er Avril 2008, pour lui demander de "liberer immédiatement Ingrid Betancourt",sinon quoi "ce serait un crime de ne pas la relacher". Le Mercredi 02 Avril 2008, le gouvernement francais annonce l'envoi d'une mission humanitaire composée de deux personnes (Noel Saez, Daniel Parfait et un medecin) pour "acceder à notre compatriote Ingrid Betancourt", dont l'avion médicalisé basé à Villacoublay est parti le Mercredi 02 Avril 2008 en fin d'apres-midi. Les FARC n'ont toujours pas répondu à la proposition de rencontre. Dans un communiqué via leur agence de presse ANNCOL ils auraient qualifié l'attitude de Nicolas SARKOZY de naïve.

De plus les FARC assurent à travers un communiqué diffusé par l'agence ANNCOL et rapporté dans le nouvel observateur du 3 avril que la France est un pays capitaliste, que son président est de droite et qu'ils ne savent pas quelles sont les limites de la sincérité du président français. Comme le rapporte également l'agence proche de la guérilla, ils gardent le souvenir de la facheuse expérience de l'appel téléphonique de membres du gouvernement français qui a permis de localiser le camp de Raul Reyes ce qui a servi à l'armée colombienne avec le soutien des Etats Unis à procéder à son éxécution.

[img][/img]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://shadygirl0304.skyblog.com/
MissDuCube
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4654
Age : 35
Localisation : Mons - Belgique
Emploi : Infographiste
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Ingrid Betancourt   Ven 4 Avr 2008 - 9:47

Je trouve cette histoire horrible, je pense à cette dame (ainsi qu'à tout les autres otages), à ce qu'elle peut vivre (même si je suis sure que ça doit être encore plus pire qu'on ne le croit), je pense à sa famille, à ses amis qui l'attendant depuis 7 ans !!

C'est horrible de faire subir ça à quelqu'un ...

J'espère réellement qu'elle va s'en sortir (et les autres aussi), qu'elle pourra revoir ses enfants (ils ont bien grandit depuis) et sa famille ...

En plus maintenant elle est devenue malade et j'ai lu qu'elle faisait une grève de la faim Sad

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://shadygirl0304.skyblog.com/
Wrathchild
Gypsy touch
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3109
Age : 32
Localisation : On the road
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Ingrid Betancourt   Ven 4 Avr 2008 - 10:15

C'est vrai que c'est très dur pour ses proches.

Pardonnez-moi mes propos, mais comme par hasard en France on cherche à se bouger sérieusement pour la sauver, histoire de nous faire oublier que le déficit de l'Etat s'agrave et qu'on prépare un joli petit plan de rigueur (que l'on n'appelle pas comme tel bien sûr, le pouvoir d'achat est bel et bien là ne l'oublions pas!); enfin que chez nous, c'est joliment la merde...


Vous avez dit foutage de gueule?

J'espère qu'elle s'en sortira tout de même.

_________________


Où est ma vache?
Revenir en haut Aller en bas
Miss Choco
Chocogrenouille
Chocogrenouille
avatar

Féminin
Nombre de messages : 446
Age : 31
Localisation : Amoureuse de Paname
Emploi : étudiante
Loisirs : Parresser
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Re: Ingrid Betancourt   Ven 4 Avr 2008 - 11:19

Ce qui me saoule un peu, c'est qu'elle n'est ni la seule ni la plus "âgée" des otages. Ok, elle est malade, ses enfants parlent sur les émissions de télé, mais y'en a qui sont retenus par les FARC depuis plus de dix ans !


Et, comme dit wratchild, c'est marrant de voir qu'elle est devenu très médiatisée, depuis que Superprésident baisse dans les sondages, et donc qu'il s'agite dans tous les sens pour faire croire qu'il va la libérer Suspect
Revenir en haut Aller en bas
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Ingrid Betancourt   Sam 5 Avr 2008 - 3:06

la presse ne parle que d'elle.
les comités de soutien n'oublient pas les 3 000 visages pour 3 000 otages

la photo que tu as mise dans " le 28 février 2008" date d'avant, 30 novembre 2007, la dernière preuve de vie. depuis elle aurait encore maigri, si elle est toujours en vie.

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Ingrid Betancourt   Ven 18 Mai 2012 - 1:27

rooh bah si, elle était vivante et même délivrée depuis... juillet 2008

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
Shangora
Elle est où la poulette?
Elle est où la poulette?
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3385
Age : 37
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Ingrid Betancourt   Ven 18 Mai 2012 - 17:22

Ingrid Bétancourt, ou la meilleure illustration du proverbe "pas de nouvelles, bonnes nouvelles".

_________________
Vous commencez à m'ennuyer avec le port!!!
Y'a pas de mal à se moquer des abrutis. Ils sont là pour ça, non ? Pierre Brochant
And don't skimp on the pâté!
Philippe! Je sais où tu te caches! Viens ici que j'te bute, enc***!
Whem life gives you lemons, make lemonade!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ingrid Betancourt   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ingrid Betancourt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Forum des Fans d'Ingrid Chauvin
» Ingrid
» Ingrid
» Ingrid Bergman, ma vie
» Actualités d'Ingrid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Des Mots-Niaques :: Actualité & Informations :: Débats généraux-
Sauter vers: