Des Mots-Niaques

Vous avez envie de parler de tout et de rien sans vous prendre la tête ?
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 allocation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim


Masculin
Nombre de messages : 5417
Age : 34
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: allocation    Mar 20 Aoû 2013 - 20:37

issue du projet de la "garantie pour la jeunesse" de la Commission européenne, la "garantie jeunes" sera versée à la rentrée aux NEET, lire les inactifs ni en emploi, ni en éducation, ni en formation (Not in Education, Employment or Training)

sur le plan européen
http://www.senat.fr/rap/r12-729/r12-7293.html

sa déclinaison française
Citation :
Les 18-25 ans en grande précarité, cibles de la "garantie jeunes"
LE MONDE | 19.08.2013 à 11h27 • Mis à jour le 19.08.2013 à 11h46 | Catherine Rollot

Depuis trente ans, les gouvernements successifs ont multiplié les dispositifs d'insertion en faveur des jeunes, mais en laissant au bord de la route les plus vulnérables. Malgré un millefeuille de mesures, 23 % des 18-25 ans sont pauvres. Parmi eux, une cohorte longtemps ignorée de jeunes en grande précarité qui ne sont ni à l'école, ni en formation, ni en emploi.

Trop jeunes pour toucher le revenu de solidarité active (RSA), versé à partir de 25 ans, et n'ayant pas assez travaillé pour rentrer dans les critères très restrictifs du RSA jeunes instauré en 2010, ceux que l'on appelle les NEET (Not in Education, Employment or Training, selon la terminologie européenne) sont aujourd'hui la cible prioritaire de la "garantie jeunes" qui sera expérimentée en septembre sur dix territoires pilotes (Bouches-du-Rhône, La Réunion, Seine-Saint-Denis, Vaucluse, Lot-et-Garonne, Allier, Finistère, Eure, Aude et Vosges).

UN PUBLIC DIFFICILE À ATTEINDRE

Annoncé en décembre 2012 dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre la pauvreté, ce nouveau dispositif prévoit le versement d'une allocation équivalente au RSA (483,24 euros mensuels) aux jeunes de 18-25 ans pendant les périodes où ils sont sans emploi ni formation. Cette aide sera doublée d'un suivi individualisé renforcé dans les missions locales (formation, rendez-vous réguliers...). Dès cet automne, jusqu'à 10 000 jeunes choisis en fonction de leur situation sociale et de leur éloignement de l'emploi pourraient bénéficier de la garantie.

Une deuxième vague de déploiement est prévue en 2014. Si les résultats sont concluants, le dispositif sera généralisé sur tout le territoire et pourrait concerner, selon Matignon, "100 000 jeunes par an en rythme de croisière", soit dix fois plus que le RSA jeunes – actuellement versé à un peu moins de 10 000 bénéficiaires. Ce dernier ne devrait pour autant pas disparaître, du moins dans un premier temps. Cette allocation, qui nécessite de pouvoir justifier de deux ans de travail à temps plein sur les trois dernières années, ne s'adresse pas au même public que la "garantie jeunes". Le supprimer pourrait donner un signal négatif en contradiction avec la volonté affichée régulièrement par le gouvernement de faire de l'emploi des jeunes une priorité.

Avant de remplacer l'ancien dispositif, l'exécutif veut aussi vérifier le succès de la garantie. Calibrée pour les jeunes les plus précaires, cette mesure doit toucher un public qui, par définition, est souvent en dehors des circuits d'insertion, et donc difficile à atteindre.

Enfin, son efficacité repose sur la qualité de l'accompagnement mis en place. Sur le papier, le gouvernement a mis la barre très haut. Les missions locales, chargées du suivi des futurs bénéficiaires, devront proposer "un accompagnement intensif, donnant lieu à des propositions régulières de formation et d'emploi". Un programme ambitieux qui pose la question des moyens octroyés aux missions locales, déjà débordées, mais aussi plus largement celle du financement de la mesure, qui reste à préciser.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/08/19/les-18-25-ans-en-grande-precarite-cibles-de-la-garantie-jeunes_3463217_3224.html
Citation :
Publié le 16/08/2013 à 06h00 Par Guillaume Marque
L’allocation des jeunes testée en Marmandais
Le Lot-et-Garonne fait partie des dix territoires pilotes de ce dispositif qui doit aider les chômeurs de moins de 25 ans à retrouver le chemin de l’emploi.

On connaissait les Emplois d’avenir et les Contrats de générations. à l’automne, les Garanties jeunes débarqueront dans le Lot-et-Garonne. Car le département fait partie des dix territoires choisis par Matignon pour expérimenter le dispositif.

C’est sur la zone couverte par la Mission locale de Marmande - Tonneins que seront distribuées les premières allocations. « La zone réunit, malheureusement, toutes les conditions pour accueillir ce genre d’expérimentation », souligne Pierre Camani.


Le président du Conseil général a, conjointement avec le préfet, Denis Conus, défendu la candidature du département pour participer à l’expérimentation. Et pour cause : le Lot-et-Garonne recense 26,4 % de jeunes au chômage. Un taux qui grimpe à 28 % sur le territoire tonneinquo-marmandais.

450 euros mensuels

Si des allocations seront versées, pas question toutefois de parler d’assistanat. « C’est un contrat d’engagement réciproque, souligne le président du Conseil général. Il faudra que le jeune se bouge ». Participation à des collectifs de travail, recherche active d’un premier emploi, etc. Pour percevoir ses 450 euros mensuels, le jeune devra jouer le jeu (lire ci-contre) et se plier aux exigences de la Mission locale chargée de l’encadrement.

D’autant que l’attribution de l’allocation n’est pas automatique et ne profitera pas à tous. Une commission sera constituée ces prochaines semaines par la préfecture et le Conseil général pour repérer les jeunes les plus en difficulté.

Du côté de Matignon, on précise d’ailleurs que le dispositif n’est pas indéfiniment extensible. La première phase concernera ainsi 10 000 jeunes à l’échelle du pays, « dont moins de 1 000 sur le territoire de Marmande », précise Pierre Camani. Il sera ensuite étendu à dix nouveaux territoires en 2014, puis à toute la France d’ici à 2016 pour concerner à terme 100 000 jeunes.

Mise en place en septembre

Entièrement financées par l’État, les premières allocations seront, elles, distribuées dès septembre. « On fera en sorte d’être prêts le plus rapidement possible », précise Pierre Camani.

« Si le Lot-et-Garonne a été retenu pour lancer la Garantie jeune, c’est aussi parce qu’il s’agit d’un département réactif, où il existe une traditionnelle synergie entre la préfecture et le Département et sur lequel les emplois d’avenir se sont bien implantés », explique Matignon.
http://www.sudouest.fr/2013/08/16/l-allocation-des-jeunes-testee-en-marmandais-1142637-3755.php

http://www.temoignages.re/il-est-indispensable-de-repondre-aux-attentes-des-jeunes-face,69303.html
http://www.global-et-local.eu/?La-garantie-jeune-s-appuiera-sur
www.gouvernement.fr/.../rapport_mode_demploi_de_la_garantie_jeunes__0.pd

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
 
allocation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Services Swisscom: Résultats différents du jour au lendemain
» Les Allocations pour "Femmes seules" en Europe, cause de divorce !
» Caisse Allocations Familiales Allier.
» Handicapés : la bourse ou la vie étudiante !
» [AIDE] Beaucoup trop de choix !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Des Mots-Niaques :: Actualité & Informations :: Economie-
Sauter vers: