Des Mots-Niaques

Vous avez envie de parler de tout et de rien sans vous prendre la tête ?
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 fin de la gratuité des classes prépas envisagée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: fin de la gratuité des classes prépas envisagée   Mar 18 Sep 2012 - 22:40

Citation :
Le gouvernement envisage la fin de la gratuité des classes prépas
LE MONDE | 17.09.2012 à 11h04 • Mis à jour le 17.09.2012 à 21h21
Par Benoît Floc'h


La formation la mieux encadrée, la plus onéreuse par étudiant pour l'Etat, celle qui ouvre les portes des très grandes écoles et, du même coup, les postes les plus en vue du pays est gratuite. Aucun droit d'inscription n'est demandé aux étudiants en classe préparatoire aux grandes écoles, quand l'inscrit à l'université s'acquitte de 181 euros.

Selon nos informations, ce privilège, le gouvernement envisage de le supprimer, du moins pour ceux qui ne sont pas boursiers. "C'est une piste à étudier, confie-t-on dans l'entourage de Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur. Elle le sera sans doute en début d'année prochaine." De même source, on confie qu'il y a là une question d'"équité" : "Il faut que toute personne entrant dans le postbac se trouve dans la même situation."

L'aspect financier n'est évidemment pas indifférent dans un contexte de surendettement de l'Etat. Cette mesure peut rapporter quelque 9 millions d'euros si les familles s'acquittent des 181 euros demandés à chaque étudiant qui s'inscrit en licence à l'université. Et 13 millions d'euros si les droits d'inscription étaient alignés sur ceux payés par les étudiants en master, soit 250 euros. A ces économies publiques pourraient s'ajouter 16 millions d'euros en faisant payer 181 euros aux étudiants de section de technicien supérieur (STS), classes préparant aux brevets de technicien supérieur (BTS), qui pourraient aussi être concernés.

79 000 ÉLÈVES SOUVENT ISSUS DES CLASSES SOCIALES AISÉES

L'anomalie tient à l'histoire de ces classes, qui sont installées dans les lycées et bénéficient de ce fait du même statut que les classes de lycée public, où l'enseignement est gratuit. Dans la pratique, certains élèves des classes préparatoires paient déjà une inscription à l'université. C'est le cas dans la filière littéraire, où il n'y a pas de garantie de décrocher un concours à l'issue des deux années : l'élève d'hypokhâgne s'acquitte des 181 euros de droit d'inscription que requiert une entrée en licence à l'université, même s'il n'y suit pas les cours.

Mais les classes préparatoires littéraires ne représentent pas les gros bataillons d'élèves de prépa. En prépa économique, et plus encore en sciences, les places en école étant plus nombreuses que les candidats, l'inscription à l'université reste rare. C'est donc là qu'est le vivier.

Le gouvernement ouvre ce dossier au nom de la justice sociale. Les 79 000 élèves de classe préparatoire publique, issus du long écrémage du système éducatif, appartiennent plus que d'autres aux classes sociales aisées: 51 % sont enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures (contre 30,6 % à l'université) et 6,3 % seulement d'ouvriers (contre 10,4 %). Un quart d'entre eux seulement sont boursiers de l'enseignement supérieur (contre 35 % à l'université).

"UNE MESURE LOGIQUE"

En prépa, les élèves bénéficient en outre des meilleurs professeurs, et une partie d'entre eux intégrera les écoles les plus prestigieuses du pays, garantie à moyen terme d'un emploi très rémunérateur, et parfois elles aussi... gratuites (Polytechnique, Ecole normale supérieure). Qu'ils payent dorénavant leur scolarité peut donc paraître juste.
"Ce serait une mesure logique, estime le sociologue Eric Maurin, dans la mesure où cela rétablirait un peu d'égalité républicaine. Si l'on prend en compte l'argent public qui est investi dans le postbac, on constate de grandes différences." De fait, selon le ministère de l'éducation nationale, quand l'Etat consacre 15 240 euros à chaque élève de prépa, il ne dépense que 10 180 euros pour l'étudiant d'IUT et d'université.

Même avantage pour les STS publiques. Chacun de leurs 150 000 élèves coûte 13 800 euros à l'Etat. L'argument de justice sociale est en revanche moins pertinent pour ces formations en deux ans. Les STS n'accueillent que 16 % d'élèves issus de familles de cadres, mais 21,3 % d'enfants d'ouvriers. Et 42 % à 45 % d'entre eux sont boursiers.

"PAS UNE BONNE NOUVELLE POUR LES FAMILLES"

Patrice Corre, vice-président de l'Association des proviseurs de lycée à classe préparatoire, ne trouve "pas scandaleux" qu'une telle mesure soit prise en classe préparatoire aux grandes écoles. D'autant, dit-il, que cela aurait le mérite de "clarifier une situation où, aujourd'hui, les familles sont invitées à régler des frais complémentaires facultatifs fixés établissement par établissement". Au lycée Henri-IV, à Paris, par exemple, cela représente 65 euros par an et permet de couvrir, entre autres, les frais de reproduction.

Les familles, elles, ne voient pas les choses de la même manière. La PEEP estime que cela ne serait "pas une bonne nouvelle pour les familles", déjà aux prises avec la dispendieuse nécessité de loger un enfant étudiant et d'assumer les frais des concours d'après-prépa (plusieurs centaines d'euros entre le concours lui-même et les déplacements). "Ce sera une charge supplémentaire", regrette Valérie Marti, présidente de l'organisation représentative. Mais les familles des élèves de prépa ne sont-elles pas plus favorisées que les autres ? "Oui, mais il n'y a pas que des familles aisées en prépa!, réagit-elle. Il y a toutes les autres. C'est facile de parler d'élitisme si on n'aide pas les élèves brillants issus de familles moins favorisées!"

Du côté de l'autre fédération de parents d'élèves, la FCPE, on aborde le sujet sous un autre angle. "Je comprends que l'on se pose la question, mais ce n'est pas la bonne à ce stade, souligne son président, Jean-Jacques Hazan. La priorité, c'est la refonte du système éducatif et mener une réflexion globale sur la restauration d'une vraie gratuité de l'école, avant de regarder comment on pourrait la limiter..." Par ailleurs, met en garde M. Hazan, "si on commence à mettre des frais de scolarité dans le secondaire, où cela va-t-il s'arrêter?" Un risque largement improbable à ce stade.


Au ministère de l'enseignement supérieur : "Rien n'a été ouvert, ni arrêté"
Interrogé par Le Figaro, un membre du cabinet de la ministre dément étudier l'introduction de frais d'inscription en classes prépas. "Nous n'avons pas ouvert de chantier interministériel sur le sujet. Aucun groupe de travail n'est mobilisé autour de cette question. La fin de la gratuité des prépas n'est qu'une piste de réflexion parmi d'autres", indique ce membre de l'équipe de Geneviève Fioraso. Un porte-parole du ministère cité par l'AFP est lui plus évasif : "On étudie beaucoup de possibilités tout le temps, mais rien n'a été ouvert ni arrêté."

http://www.lemonde.fr/enseignement-superieur/article/2012/09/17/le-gouvernement-envisage-la-fin-de-la-gratuite-des-prepas_1761175_1473692.html

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: fin de la gratuité des classes prépas envisagée   Mar 6 Nov 2012 - 23:45

et la fac
Citation :
Université en ligne : Harvard pour tous
• Certains cours des plus prestigieuses universités sont accessibles gratuitement en ligne. A l’arrivée, pas encore de diplômes, mais une esquisse de démocratisation qui reste à confirmer. "Harvard pour tous", c'est le dernier numéro de Courrier international, disponible jusqu'au 7 novembre.

* Courrier international |
* 31 octobre 2012

L’idée est généreuse : mettre à la portée de tous l’enseignement des meilleures universités du monde. Depuis quelques mois, Columbia, Princeton, Harvard, l’université de Londres ou encore l’Université hébraïque de Jérusalem proposent gratuitement certains de leurs cours en ligne sous forme de clips vidéo. La seule condition pour s’inscrire : avoir une adresse électronique. Les étudiants sont incités à participer à des forums en ligne et à constituer des groupes de travail, afin de discuter entre eux comme dans une “vraie” classe. Ensuite, il faut travailler dur, comme en témoigne le journaliste américain Kevin Charles Redmon, qui a suivi, pour le magazine britannique Prospect (lire cet article), un module de programmation assuré par un chercheur de l’université de Virginie. Car les cours et les examens sont identiques à ceux proposés sur les campus.
Les principaux sites créés cette année – Udacity, Coursera et edX – comptent déjà près de 3 millions d’étudiants à eux trois. Mais le succès de ces start-up est encore loin d’être assuré. D’abord, parce qu’elles ne délivrent pas de diplômes, mais de simples certificats dont on ignore s’ils seront appréciés par les employeurs. Ensuite, leur modèle économique reste flou. Si elles ne trouvent pas les moyens de gagner de l’argent, elles risquent de devoir renoncer à ce qui fait leur spéci­ficité : la gratuité.



ILS EN PARLENT

■ L’enseignement en ligne ne remplace absolument pas l’enseignement de grande qualité dispensé par les universités d’élite. Si les gens paient 50 000 dollars pour s’inscrire par exemple à Caltech [Institut de technologie de Californie], c’est parce que la valeur réelle des cours ne réside pas dans leur contenu, mais dansles interactions avec les professeurs et les autres étudiants.”
Andrew Ng, cofondateur de Coursera (Slate)

■ “Les employeurs se fient aux diplômes parce que c’est un moyen rapide d’évaluer les 300 candidats qui postulent pour un emploi, mais dès qu’il existera un mécanisme jouant le même rôle, l’empire des diplômes sera mort.”
David Wiley, professeur de psychologie et de technologie à l’université Brigham Young, spécialiste de l’éducation gratuite en ligne. (The New York Times)

■ "J’ai découvert que la plupart de mes étudiants n’avaient pas le choix entre un cours en ligne et une université traditionnelle, mais […] entre un cours en ligne et rien du tout.”
Mitchell Duneier, professeur de sociologie à l’université de Princeton. Au printemps, 40 000 étudiants de 113 pays ont suivi via Coursera son premier cours d’introduction à la sociologie. (The Chronicle of Higher Education)

■ “Le problème, c’est que mon université [au Kazakhstan] était petite, elle ne comptait que 2 000 étudiants et ne proposait pas de cours en intelligence artificielle.”
Askhat Murzabayev, 22 ans, a suivi le cours “Apprentissage automatique” proposé par Stanford via Coursera et a réussi à l’examen. Aujourd’hui, le jeune Kazakh travaille pour Twitter à Almaty. (Forbes)

■ “Andrew Ng [qui enseigne l’apprentissage automatique sur Coursera] est l’un des meilleurs professeurs que j’aie jamais eus, même si je ne l’ai jamais rencontré. ”
Christos Porios,
16 ans, vit à Alexandropoulos, en Grèce. Il caresse l’idée d’étudier un jour à Stanford, aux Etats-Unis. (Stanford Magazine)

http://www.courrierinternational.com/article/2012/10/31/universite-en-ligne-harvard-pour-tous

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
 
fin de la gratuité des classes prépas envisagée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que signifie salle des 2è classes sur cette CPA
» Conseils sur les classes des cartes SD
» The OC. Rentrée des classes. Seth/Ryan. OS. G.
» Gratuité des musées et monuments pour les moins de 25 ans - Le Monde - 13 janvier 2009
» Swap "Rentrée des classes"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Des Mots-Niaques :: Vie Pratique :: Travail & Etudes-
Sauter vers: