Des Mots-Niaques

Vous avez envie de parler de tout et de rien sans vous prendre la tête ?
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 emplois menacés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: emplois menacés   Dim 10 Juin 2012 - 23:08

sur nouvelobs.com, il y a a écrit:
La carte des emplois menacés
Créé le 01-06-2012 à 11h27 - Mis à jour le 05-06-2012 à 15h15
Le Nouvel Observateur
Par Le Nouvel Observateur
Sarkozy avait fait pression pour repousser les restructurations après la présidentielle. Voilà donc la catastrophe sociale annoncée.

Sur le même sujet
* » Ayrault estime qu'il y a "environ 36 entreprises en danger"
* » Industrie, transports, services... 45.000 emplois sur la sellette


Mardi 29 mai, la CGT a remis au Premier ministre Jean-Marc Ayrault sa "liste noire" : près de 45.000 emplois et 46 entreprises seraient menacés, selon le syndicat. Intronisé ministre pompier du Redressement productif, Arnaud Montebourg court de site en site. Voici la carte, non exclusive, des points chauds sur l'emploi.

CHANTIERS NAVALS STX

Tout Saint-Nazaire est mobilisé autour des chantiers, qui emploient directement 2.100 salariés et 2.000 en sous-traitance. Les syndicats demandent l'intervention des pouvoirs publics, estimant que la situation n'a jamais été aussi tendue depuis des décennies. La perte d'une commande de deux navires de croisière laisse augurer une rentrée de septembre très difficile.

TECHNICOLOR

"Ce sera l'un des dossiers prioritaires" du nouveau gouvernement, avait annoncé Arnaud Montebourg avant la présidentielle. Nous y voilà : le 25 mai, le groupe a demandé l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire pour son usine d'Angers (330 salariés), ex-site phare de Thomson, spécialisée dans les décodeurs numériques. Les syndicats, qui devaient rencontrer mardi 29 mai Fleur Pellerin, espèrent obtenir un moratoire. Le temps de reconvertir ce site, dont ils ont par ailleurs appris par voie de presse la mise en vente.

ARCELORMITTAL

Un comité central d'entreprise aura lieu le 1er juin. Mais le groupe anglo-indien devrait confirmer la poursuite de l'arrêt de ses deux hauts-fourneaux de Florange jusqu'à... meilleure conjoncture. Depuis 8 mois, les syndicats maintiennent la pression pour éviter que Mittal ne laisse tomber Florange et ses salariés. Nicolas Sarkozy s'était cassé les dents sur le groupe multinational. Les syndicats espèrent du nouveau gouvernement qu'il fasse pression sur Bruxelles pour obtenir le lancement du projet Ulcos (réduction des émissions de CO2) qui pérenniserait l'activité de Florange.

SNCM

Veolia veut restructurer la compagnie, qui assure la liaison entre la Corse et l'Hexagone. De 800 à 1.000 salariés pourraient être concernés. Un beau bras de fer à Marseille entre la direction et la puissante CGT des marins. Sous son impulsion, la SNCM vient d'ailleurs de connaître 7 jours de grève pour protester contre la concurrence déloyale de Corsica Ferries, qui s'exonère du droit social français en battant pavillon italien.

GOODYEAR

In extremis, la CGT du site d'Amiens vient peut-être de déminer ce qui s'annonçait comme un dossier explosif en obtenant de la direction qu'elle renonce à fermer son activité "pneu de tourisme", le temps que les 800 salariés aient "tous" retrouvé un emploi, soit dans l'activité "pneu agricole", soit ailleurs. "Ce serait alors une énorme victoire", dit Mickaël Wamen, déterminé à la valoriser pour se faire élire sous la bannière communiste aux législatives.

AIR FRANCE

Les salariés ne connaîtront pas l'ampleur du plan de restructuration qui les attend avant la deuxième quinzaine de juin. Mais, selon "le Figaro", 5.000 postes pourraient être supprimés, la moitié par non-remplacement des départs en retraite, le solde par départs volontaires. Pour l'instant, le patron de la compagnie, Alexandre de Juniac, se contente d'agiter la menace. Si les syndicats acceptent une augmentation de la productivité de 20% d'ici à trois ans (2 milliards d'économies par réduction des salaires et des congés), l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy s'est engagé à "limiter l'impact sur l'emploi". Cependant, il reconnaît que cette réduction de voilure entraînera des "sureffectifs". Pour juguler le déficit endémique de son réseau européen (700 millions de pertes d'exploitation l'an dernier), Juniac prévoit, en effet, le transfert d'une grande partie de sa clientèle "loisirs" sur sa filiale à bas coûts Transavia. La flotte de cette dernière va ainsi passer de 8 avions à 20, voire 22... alors que 34 appareils vont sortir de l'activité moyen-courrier d'Air France.

AREVA

Depuis que Luc Oursel a présenté son "Plan d'action stratégique" en décembre, il n'a jamais voulu confirmer l'ampleur des suppressions de postes. Seule certitude 1.200 à 1.500 emplois devraient être touchés en Allemagne. Cependant, selon un rapport confidentiel du cabinet Secafi Alpha de mars 2012, que "le Nouvel Observateur" s'est procuré, le patron d'Areva ne peut parvenir à économiser 1 milliard d'euros d'ici à 2016 - son objectif affiché - sans réduction d'effectifs en France. Pour les syndicats, les ingénieurs et les employés du siège pourraient être les premiers visés.

PEUGEOT PSA

Avec la fermeture du site d'Aulnay, ce serait la disparition d'une des dernières grosses usines de la région parisienne... et aussi celle d'un symbole presque aussi fort que Billancourt pour Renault. Pour l'heure, la direction du groupe PSA n'a pas confirmé les craintes des syndicats, mais elle n'a pas non plus voulu s'engager sur le maintien de l'usine au-delà de 2014, soit à la fin de la production de l'actuelle C3 de Citroën. Les syndicats attendent de François Hollande qu'il les rencontre, comme il s'y était engagé le 2 mai dernier.

PRESSTALIS

La coopérative qui distribue la plupart des quotidiens et magazines est en quasi-dépôt de bilan : elle a perdu 15 millions l'an dernier, et cela pourrait être pire en 2012. Un plan de redressement radical concernerait 1.000 salariés sur 2.500. Le problème est aigu pour le gouvernement, qui devrait payer l'essentiel de la restructuration (120 millions d'euros). Le principal syndicat de Presstalis (Livre-CGT) n'ayant jamais eu peur de lancer des grèves dures, et de bloquer la distribution des journaux.

PREVENT GLASS

Abandonné "du jour au lendemain", selon la CGT, par son principal client Volkswagen, cet équipementier automobile de Bagneux-sur-Loing a été placé en liquidation judiciaire. Nouvel exemple des relations terribles entre donneurs d'ordre et sous-traitants. 219 salariés sur le carreau espèrent beaucoup d'Arnaud Montebourg, avec lequel ils sont en contact depuis deux mois.

Caroline Michel et Nicole Pénicaut
http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20120601.OBS7258/infographie-la-carte-des-emplois-menaces.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20120604

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: emplois menacés   Ven 13 Juil 2012 - 23:45

sur LeParisien.fr, il y a écrit:

VIDEOS. PSA : le détail des suppressions de postes site par site

Publié le 13.07.2012, 11h50 | Mise à jour : 21h17
Au lendemain du « séisme » provoqué par PSA Peugeot Citroën à l'annonce d'un plan de suppression de 8.000 postes, les salariés découvrent le décompte exact des coupes d'effectifs. Des comités d'entreprises ont été organisés ce vendredi dans les principaux sites du groupe - qui possède six usines en France - pour préciser les détails du plan.

A Aulnay-sous-Bois, 3 000 postes seront supprimés. La fermeture du site est annoncée pour 2014. Vendredi, la Confédération générale des PME (CGPME) de Seine-Saint-Denis estimait que plus de 7 000 emplois dans les services et le commerce sont indirectement menacés dans le département. Cette fermeture va mettre «en difficulté de nombreuses PME sous-traitantes», affirme la confédération. Elle «appelle les pouvoirs publics à ne pas négliger les sous-traitants dans les mesures d'accompagnements qui seront mises en place» et indique qu'elle «se mobilisera pour accompagner les efforts de ré-industrialisation du site d'Aulnay évoqués».

Dans ce contexte tendu, la production avait cessé ce vendredi matin, selon la direction, sur le site d'Aulnay. Elle avait indiqué que la «ligne de production ne tourne pas depuis environ 11 heures». Selon la CGT, un «débrayage» était à l'origine de cet arrêt. Une version qu'a récusée la direction : «Certaines personnes sont encore extrêmement choquées, nous ne souhaitons pas les forcer à travailler» ce vendredi. La production a repris vers 14 heures, toujours selon la direction du site, qui s'attend dans les jours à venir «à de petits arrêts courts». «On travaillait, puis on s'arrêtait», ont dit plusieurs salariés à leur sortie de l'usine peu après 14 heures. «Je pense travailler, mais si les autres font grève, je serai solidaire», confiait un ouvrier de l'équipe du soir, au moment d'embaucher.


Un milliers d'employés manifestent à Rennes

A Rennes, second site le plus touché par les suppressions de postes, environ un millier de salariés de PSA se sont rassemblés vendredi midi sur le site de la Janais, aux cris de «non aux licenciements !». «Sans nous, pas de bagnoles», «de l'argent, il y en a dans les caisses de PSA !», «non aux licenciements !», clamaient les salariés rennais, où 1.400 postes seront supprimés. «C'est une mobilisation historique», a estimé Pierre Contesse, délégué syndical FO, «voir autant de monde sortir, c'est une première : on n'est pas un site où les gens sortent, ça montre que les gens ont peur pour demain», a-t-il affirmé, lors d'un point-presse.

«PSA a de l'argent et ne souhaite pas l'investir pour maintenir l'emploi», regrettait Mickaël Gallais, délégué syndical CGT. «Quand on a 9 milliards dans un coffre-fort, on peut en débloquer 1 ou 2 pour maintenir les emplois. Qu'ils arrêtent de demander de l'argent public», a-t-il poursuivi. L'intersyndicale a également prévu une «grande marche» à Rennes le 15 septembre.


Organiser des grèves dans «des usines qui tournent»

A Mulhouse (Haut-Rhin), où 273 départs volontaires sont prévus sur près de 8.300 salariés, un responsable de la CGT explique : «Si on regarde les chiffres des suppressions d'emploi, c'est vrai qu'on s'en sort mieux que d'autres sites, mais l'outil de production restant va être surchargé. On va faire la même production avec trois usines au lieu de quatre, c'est ça l'optimisation de la production».

«On pourra avoir des périodes de chômage partiels, et puis d'autres fois travailler les samedis, alors que nos camarades d'Aulnay auront perdu leur job», renchérit un autre. «La seule manière de peser sur la direction de PSA, ce qui l'inquiéterait, ça serait qu'il y ait des grèves dans les usines qui tournent, Poissy, Mulhouse ou Sochaux», estime un troisième représentant syndical alsacien.

Hollande : «Le gouvernement a réagi comme il convenait»

Le président de la République estimait vendredi que «le gouvernement a réagi comme il convenait avec la nomination d'un expert, la volonté de revoir ce qui a été présenté et d'avoir un plan pour l'industrie automobile qui sera présenté au mois de juillet».


Ce vendredi à la clôture de la Bourse de Paris, PSA Peugeot Citroën a dégringolé de 7,65% à 6,48 euros, tombant à un plus bas historique depuis la création de l'indice CAC 40 en 1987.Les inquiétudes restent grandes sur les perspectives financières du plus important constructeur automobile français. Au point que l'agence Moody's envisage de dégrader la note du groupe.

Les détails du plan à la sortie des comités d'entreprise :

A Rennes : 1400 postes. Sur le site de la Janais, les suppressions se répartissent ainsi : 1.219 postes liés à la production, 181 en Recherche et développement, selon Pierre Contesse, délégué FO..

A Poissy : 700 postes en moins. PSA envisage de supprimer 700 postes sur le site de Poissy (Yvelines), sur les 8.000 suppressions prévues en France. Le groupe prévoit de reclasser 1.500 salariés d'Aulnay sur le site de Poissy, qui va monter en puissance. Mais cela signifie pour les salariés d'accepter de déménager à une cinquantaine de kilomètres d'Aulnay.

A Mulhouse : 273 départs volontaires. Le site PSA de Mulhouse (Haut-Rhin), où travaillent près de 8.300 salariés et 800 intérimaires, sera touché par un plan de 273 départs volontaires, qui ne concernera pas le secteur de la production, a indiqué la CFDT.

En Moselle : 52 postes à Trémery et 42 à Metz-Borny. Une centaine d'emplois seront supprimés dans les deux usines PSA Peugeot-Citroën de Moselle. Les syndicats redoutent «qu'il ne s'agisse que d'une première vague» et précisent que la direction «a indiqué qu'il s'agira de départs volontaires».

http://www.leparisien.fr/economie/psa-le-plan-des-suppressions-de-postes-s-affine-700-emplois-en-moins-a-poissy-13-07-2012-2088983.php

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: emplois menacés   Sam 14 Juil 2012 - 0:59

Citation :
Sanofi : des milliers d'emplois menacés, confirme Montebourg
Créé le 12-07-2012 à 10h54 - Mis à jour à 17h47
Par Le Nouvel Observateur avec AFP
Pour protester contre un éventuel désengagement de l'entreprise, les trois quart des 640 salariés de Toulouse sont en grève.

Les chercheurs de Sanofi en grève contre un probable plan de restructuration le 12 juillet 2012. (REMY GABALDA / AFP)

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a affirmé jeudi 12 juillet devant les sénateurs, que Sanofi envisageait de supprimer "plusieurs milliers" d'emplois, alors que le groupe pharmaceutique n'a lui-même jamais communiqué officiellement sur l'impact social de ses projets de réorganisation.

"Sanofi vient de débarquer à Bercy pour nous dire : 'Nous envisageons plusieurs milliers de suppressions d'emplois'", a déclaré Arnaud Montebourg, au milieu de l'énumération des récents plans sociaux annoncés. "Que ne l'avez vous pas dit plus tôt ? Car l'année dernière vous faisiez cinq milliards d'euros de bénéfices", a ajouté le ministre, à l'attention des dirigeants de Sanofi.

Arnaud Montebourg avait reçu lundi 2 juillet le patron de Sanofi, Chris Viehbacher, quelques jours avant un comité de groupe, au cours duquel le groupe pharmaceutique a dévoilé un projet de réorganisation en France de ses activités de recherche, de vaccins et ses fonctions support.

Si les syndicats y voient l'annonce déguisée "un nouveau plan de restructuration" pouvant toucher 1.200 à 2.500 postes en France, la direction de Sanofi n'a officiellement donné aucune évaluation de l'impact social de son plan.

Un comité central d'entreprise se tenait jeudi, à Chilly-Mazarin (Essonne), au siège de la recherche et développement du groupe. A cette occasion, un porte-parole de Sanofi a "affirmé la volonté (du groupe) d'engager une phase de dialogue avec les partenaires sociaux dans le but de présenter un projet dans le courant du mois de septembre".


Grève massive chez les chercheurs de Toulouse

Pour protester contre les menaces de désengagement du groupe pharmaceutique, les trois quarts des 640 salariés du futur Oncopôle de Toulouse, site de recherche de Sanofi, étaient en grève, a-t-on appris de source syndicale.

Les salariés étaient massés devant l'entrée du bâtiment en attendant d'avoir des informations sur le comité central d'entreprise se déroulant au siège de l'entreprise à Chilly-Mazarin (Essonne).

"On veut montrer notre détermination à notre direction qui veut se désengager à Toulouse. Tout est envisageable, y compris la fermeture du site. C'est complètement déraisonnable", selon Robert Gensac, délégué CGT Sanofi-Aventis Recherche et développement à Toulouse.

Il dénonce aussi le report du CCE par la direction de mi-juin au 12 juillet, quand une partie du personnel est en vacances. Le site de Toulouse compte une majorité de chercheurs.

Le groupe pharmaceutique, qui emploie environ 28.000 personnes en France, a annoncé la semaine dernière, lors d'un comité de groupe, une réorganisation dans la recherche, la production de vaccins et les fonctions support et doit légalement faire la même annonce jeudi au comité central d'entreprise des établissements de recherche (Chilly, Vitry-sur-Seine, Montpellier Toulouse et Strasbourg).

http://tempsreel.nouvelobs.com/social/20120712.OBS7094/sanofi-trois-quarts-des-640-salaries-du-site-de-toulouse-en-greve.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20120712

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: emplois menacés   Mar 14 Mai 2013 - 22:31


_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: emplois menacés   Mer 18 Juin 2014 - 1:22

au sujet d'Amazon-Loiret
Citation :
Robots. La petite foule, une grosse centaine, s’ébranle en cortège bruyant dans un décor d’entrepôts logistiques et de ronds-points impersonnels. Un jeune trentenaire déballe les détails d’un univers kafkaïen et anglophone, des briefs sur le floor dans lesquels des salariés sont mis à l’index par les leads, de l’interdiction de se parler, des safety tips, des all hands (réunion de tous les salariés)… Dans une small hands,«on nous a dit que si nous demandions trop d’argent, nous allions fermer et que la Pologne commençait à ouvrir des sites, ajoute un syndicaliste. Il y a beaucoup de chantage.» La direction leur a montré une carte d’Europe des sites Amazon, en pointant le coût du travail français.

«On nous infantilise, rajoute ce bac+ 5 qui sature au bout de trois ans. Pour fêter la fin de la NAO, la direction nous a promis le café toujours gratuit ! Il y a aussi "la question du mercredi" : celui qui donne la bonne réponse gagne un café ou un pain au chocolat.» Certains ont aussi à l’esprit l’investissement onéreux du fondateur et patron, Jeff Bezos, dans une entreprise de robotique. Et son annonce de faire travailler plus de 10 000 robots dans ses entrepôts d’ici la fin de l’année…

http://www.liberation.fr/economie/2014/06/11/les-managers-d-amazon-fliquent-pres-des-pointeuses_1038842

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: emplois menacés   Dim 10 Mai 2015 - 16:35

Guillaume Duval, dans son édito pour le numéro de mars d'Alternatives économiques a écrit:
" En 2050, quand les spécialistes commenceront à étudier l'histoire de la France du début du XXIe siècle, ils se poseront certainement une question qui devrait susciter nombre de thèses et de colloques tant elle est intrigante : comment se fait-il que l'idée bizarre qu'on allait résoudre le problème du chômage de masse en allongeant le temps de travail de ceux qui ont déjà un emploi ait pu s'imposer aussi facilement ? Pas seulement chez des chefs d'entreprise qui ont le nez dans le guidon, ce qui les empêche de considérer l'ensemble de l'économie et de la société.
Ni au sein d'une droite qui a toujours estimé que "c'était mieux avant", quand il n'y avait pas tout ce droit du travail, cette protection sociale… Mais aussi au sein même d'une gauche qui avait pourtant constamment porté depuis deux siècles, et avec succès, la réduction du temps de travail. Et cela pas uniquement en vue de régler des questions d'emploi et de chômage, mais aussi et surtout pour "ne pas perdre sa vie à la gagner".

http://www.alternatives-economiques.fr/soyons-serieux_fr_art_1351_71813.html

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: emplois menacés   Jeu 11 Juin 2015 - 23:27

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,123523361.html

Toute ma vie j'ai rêvé...

Diffusé le mar. 09-06-15 à 23h40 | Encore 5 jours en replay
Documentaire | 84' | Tous publics  |
De C. Otzenberger
L'émission :  A bord d'une vieille caravane transformée en studio ambulant, Christophe Otzenberger parcourt la côte d'Opale, à la recherche de ses rêves et de ceux des personnes qui croisent son chemin. Le véhicule s'arrête devant une manufacture de dentelles, un café des sports, arpente le port de Boulogne-sur-Mer, passe par une maison de retraite ou encore un club de majorettes. Les rencontres sont provoquées par le hasard et par la volonté du réalisateur de réveiller les désirs engourdis de ces interlocuteurs d'un jour. L'intimité s'installe et les langues se délient, débouchant sur des témoignages poignants, hilares ou âpres, à l'image de la vie.
Le programme :  Infrarouge propose des documentaires qui s’intéressent à l’évolution et aux mutations de notre société et cherche à donner des clés de compréhension sur ce qui pose encore problème dans la vie des français. Des thématiques adjacentes sont également abordées.
#Infrarouge

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: emplois menacés   

Revenir en haut Aller en bas
 
emplois menacés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nokia : jusqu'à 6 000 emplois menacés en Finlande
» Plus d'un millier d'emplois menacés chez IBM
» Votre top 5 des Pires Emplois
» Les abeilles menacées
» Damier de la succise (espece menacée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Des Mots-Niaques :: Actualité & Informations :: Economie-
Sauter vers: