Des Mots-Niaques

Vous avez envie de parler de tout et de rien sans vous prendre la tête ?
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les retraites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Les retraites   Dim 25 Avr 2010 - 15:41

la réforme arrive, la réforme arrive.
pour nous y préparer, la propagande est déjà en marche.

une grande campagne d’information a été lancée ce mois-ci par le Gouvernement :
- internet via facebook, twitter et le site dédié http://www.retraites2010.fr/
- presse écrite,
- radio,
- spot télé
ne me dites pas que vous ne connaissez pas
(vendredi, en 1 heure de canapé, je l'ai découv vu 3 fois...)

Spot Retraites 2010 : Réussissons une réforme juste
envoyé par travail-solidarite. - L'actualité du moment en vidéo.

tous les supports y passent, pour expliquer à la population l’enjeu d’une "réforme juste et réussie des retraites" en 2010.
ils parlent même de "concertation des français"... d'où la désactivation des commentaires pour cette vidéo sur dailymotion et sur youtube

une propagande pour laquelle on ne lésine pas sur les moyens
Le Canard Enchaîné a écrit:
La réforme des retraites va donner lieu à nouvelle et belle campagne de pub du Gouvernement pour vanter ses projets : 8 millions d’€ dépensés en spots et messages dans les différents medias.



BFM a écrit:
Alors que les négociations ont débuté lundi au ministère du travail, le service d’information du gouvernement (SIG), piloté par l’ancien publicitaire Thierry Saussez, s’apprête à dégainer une vaste campagne dans les médias. Décryptage. Selon nos informations, cette première opération à 5 millions d’euros débutera mercredi dans la presse écrite. C’est l’agence BBDO qui a été sélectionnée pour la mettre en oeuvre . L’objectif du gouvernement : faire comprendre aux Français qu’il faut réformer et maintenant. Mais ancrer de façon pédagogique le constat de la nécessité de réformer n’est qu’une première étape.
j'ai déjà du mal à me représenter 1 million et je ne connais pas les protocoles de communication mais une conférence de presse n'aura pas pu suffire? je doute aussi de l'impact d'images mettant en scène "la vie" à la manière de prends une voix de petite fille Orange. des images, qui n'expliquent rien et se veulent moralisatrices... même la pub Fruit d'Or n'hésitent pas à nous expliquer clairement qu'il y a plus de grammes d'oméga 3 dans leur tartine que dans celles de Primevère...

les français doivent faire des efforts.
nous sommes les mieux lotis de l'Europe, nous répéte-t-on.
le Figaro résume les différences entre l'âge légal de départ à la retraite et l'âge auquel les salariés européens décident de ne plus travailler


les fonctionnaires sont des privilégiés en matière de retraite par son mode de calcul.
mais le Président nous rassure tout le monde devra être solidaire.
«Je ne serai pas le président qui fait la réforme des retraites pour le privé et pas pour le public», a-t-il ajouté, tout en reconnaissant «la spécificité du service public», où le taux de retraite est calculé sur les six derniers mois travaillés, contre les 25 dernières années pour les salariés du privé. Selon le président, «la réforme vaudra pour tout le monde, les 22 millions de salariés du privé et les cinq millions de salariés du public».
http://www.lefigaro.fr/retraite/2010/03/02/05004-20100302ARTFIG00617-retraite-la-reforme-aussi-pour-les-fonctionnaires-.php
mais qu'en est-il des primes des salariés du privé qui ne rentrent pas en compte dans le calcul de la retraite des agents du service public

on nous parle donc de solidarité, la solidarité de tous
le Figaro a écrit:
Retraites : les ministres devront montrer l'exemple
Les membres du gouvernement devront bientôt perdre un avantage important. Tant qu'ils seront en charge, ils ne pourront plus cotiser pour leur retraite de parlementaire.

«Vous voulez une copie de ma fiche de salaire ? Cela ne me pose aucun problème, vous savez. Je n'ai rien à cacher !» Nathalie Kosciusko-Morizet a posé devant elle son bulletin de paie. Elle le détaille ligne à ligne et fait une découverte. «Je ne m'étais jamais rendu compte que je cotise à deux régimes de retraite différents», s'étonne la secrétaire d'État à l'Économie numérique.

En tant qu'ancienne députée de l'Essonne, NKM cotise en effet à la caisse de retraite de l'Assemblée nationale qui prélève chaque mois 1 171 euros sur son salaire. En tant que ministre non fonctionnaire, elle participe aussi au régime général. À ce titre, 731 euros lui sont prélevés chaque mois par la Cnav et l'Ircantec, la caisse complémentaire des contractuels de la fonction publique.

Nathalie Kosciusko-Morizet s'étonne. Mais elle n'est pas un cas isolé. Comme elle, beaucoup de ministres non fonctionnaires et ayant cédé leur siège de parlementaire à leur suppléant pour entrer au gouvernement cotisent à deux régimes simultanément. Combien sont-ils ? Une vingtaine, la moitié du gouvernement. Parmi eux, François Baroin, Luc Chatel, Hubert Falco, Nadine Morano… Michèle Alliot-Marie, 63 ans, a une place à part. Ministre depuis 2002, élue et réélue dans les Pyrénées-Atlantiques depuis 1988, elle touche déjà sa retraite de député. «La ministre a liquidé ses droits en 2007», explique un conseiller de la garde des Sceaux.

Comment se fait-il qu'un ministre puisse continuer à acquérir des droits à retraite au titre d'une fonction - celle de député ou de sénateur - qu'il a pourtant mise entre parenthèses pour entrer au gouvernement ? C'est une bizarrerie du système. Une bizarrerie que vient tout juste de découvrir le ministre du Travail et de la Solidarité en charge de la réforme des retraites, Éric Woerth.

Confortables avantages

Dès qu'il lâche son siège de parlementaire, le nouveau ministre reçoit une lettre des services de l'Assemblée et du Sénat dans laquelle il lui est demandé s'il souhaite continuer à cotiser «volontairement» à la caisse de retraite de l'Assemblée ou du Sénat. Compte tenu des confortables avantages que procurent ces régimes, la totalité des ministres répondent par l'affirmative. C'est ce que s'apprête à faire François Baroin, le nouveau ministre du Budget : «Je vais continuer à cotiser à l'Assemblée», confie-t-il. Comme lui, beaucoup ignorent en revanche qu'ils cotiseront aussi au régime général.

Éric Woerth souhaite corriger ces anomalies. Très bientôt, un ministre ne pourra plus cotiser pour sa retraite de parlementaire. «C'est une situation qui dure depuis des décennies et qu'aucun gouvernement n'avait remise en cause. Nous le ferons», affirme Woerth.

Qu'en pensent les ministres parlementaires, premiers concernés ? Depuis plusieurs jours, certains se disent favorables à la réforme du régime des retraites des parlementaires qu'Éric Woerth appelle de ses vœux. «Il faut réformer tout cela. Il faut tout mettre sur la table», dit Nathalie Kosciusko-Morizet. François Baroin, parlementaire durant dix-huit ans, est sur la même ligne : «Il est incontestable que le régime des parlementaires devra évoluer. Je n'ai aucun doute sur le fait que les présidents de l'Assemblée et du Sénat proposeront des évolutions allant dans ce sens.»

Mais, comme tous leurs collègues, Baroin et NKM ignorent que les règles qui leur sont appliquées vont changer bien plus qu'ils ne l'imaginent. En fait, seul Georges Tron, le secrétaire d'État à la Fonction publique, a été mis dans la confidence par son ministre de tutelle Éric Woerth. Il a même pris les devants. «J'ai reçu, confie l'élu de l'Essonne, le papier de l'Assemblée nationale et j'ai répondu que je ne souhaite plus cotiser pour ma retraite de député.» Sage précaution.
http://www.lefigaro.fr/politique/2010/04/23/01002-20100423ARTFIG00590-retraites-les-ministres-devront-montrer-l-exemple-.php
l'ancienne députée s'étonne... les bulletins de salaire sont compliqués à lire pour ceux qui ne bossent pas en RH certes mais sur les contrats de travail, ces renseignements sont indiqués.

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Les retraites   Dim 6 Mai 2012 - 23:13

" la retraite à 60 ans pour ceux ayant commencé à 18 ans avec 41 annuités de cotisations "

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Les retraites   Mer 19 Sep 2012 - 0:18

Citation :
Retraités : quels avantages ? Quel niveau de vie ? Quelles réformes ?
Créé le 14-09-2012 à 18h13 - Mis à jour le 15-09-2012 à 07h39
Par Donald Hebert
Autrefois dans la précarité, les retraités ont globalement rattrapé les actifs. Malgré des situations très diverses, leurs avantages fiscaux et sociaux semblent sur la sellette.

Dans son rapport sur la Sécurité sociale publié jeudi 13 septembre, la Cour des comptes a fait valoir que "contrairement a une idée reçue, les retraités sont dans une situation plus favorable que les actifs, notamment les jeunes". Pour les magistrats, "cette situation résulte pour une part de l'existence de nombreux dispositifs fiscaux et sociaux en leur faveur", qui représentent un manque à gagner de 12 milliards d'euros pour les finances publiques. Ils proposent donc d'en supprimer une partie.

Vendredi, Force ouvrière a estimé que ces préconisations revenaient à un "nivellement par le bas". Mais le gouvernement ne rejette pas l'idée de réduire les avantages des retraités. "On peut s'orienter vers quelque chose qui permette aux plus aisés des retraités d'avoir des cotisations de même niveau que les plus aisés des salariés", au nom de la "justice fiscale", a estimé le ministre du Travail Michel Sapin. "Nous devons revoir la fiscalité dans son ensemble, c'est dans ce cadre là qu'on peut envisager une remise à plat de la contribution de chacun", a expliqué de son côté la ministre de la Santé Marisol Touraine.

De quels avantages bénéficient les retraités ?

"De multiples dispositifs spécifiques se sont construits au fil du temps pour permettre aux retraités dont la situation a été longtemps plus que précaire, voire indigne, de disposer de meilleures ressources", explique la Cour des comptes, qui les a listés :

Moins d'impôt sur le revenu. Plus de 7 millions de retraités bénéficient d'abord d'un abattement de 10% sur leurs pensions. C'est l'équivalent de celui accordé aux salariés pour frais professionnels, même si les retraités, par définition, n'en ont aucun. A cela s'ajoute une exonération des majorations de pension pour les personnes ayant élevé au moins trois enfants. Enfin, un million et demi de retraités modestes de plus de 65 peuvent appliquer un autre abattement.

Moins d'impôts locaux. Au-dessous de 835 euros de pensions, les personnes de plus de 60 ans ne paient pas de taxe d'habitation et paient moins, voire aucune taxe sur le foncier.

Moins de CSG et de CRDS. Les pensions de retraite sont soumises à la Contribution sociale généralisée, comme le sont les salaires ou les revenus du capital. Mais le taux qui s'y applique est inférieur : 6,6% pour les 16,2 millions de retraités, contre 7,5% pour les actifs. Pour les plus modestes, ce taux peut passer à 3,8%, voir à 0%. Même chose pour la CRDS. Résultat : un retraité déclarant pour tout revenu 10.024 euros de pension (soit 11.138 euros avant abattement) ne s'acquitte d'aucune CSG, ni CRDS, alors qu'un salarié ayant un revenu net de 11.138 euros doit payer 1.000 euros de CSG et CRDS. Par ailleurs, les retraités ne paient presqu'aucune cotisation d'assurance-maladie. Enfin, 585.000 particuliers employeurs de plus de 70 ans bénéficient d'exonérations sur leurs cotisations.

Les retraités, des situations disparates

Il y a près de 16,2 millions de retraités en France. En 2010, la pension moyenne, tous régimes confondus, s’établissait à 1.216 euros par mois. Mais ces chiffres regroupent des situations très différentes :

Encore beaucoup de retraités pauvres. Selon l'Insee, près d'un million de personnes de plus de 64 ans vivaient sous le seuil de pauvreté en 2009. De 1959 à 2006, le nombre de bénéficiaires du minimum vieillesse (complément de ressources de 777 euros pour un plus de 65 ans quelle que soit sa nationalité, 1.206 euros pour un couple) a été divisé par quatre. Mais au total, il couvrait encore fin 2010 près de 940.000 personnes. Les titulaires du minimum vieillesse ne se répartissent pas également sur le territoire :


Source : Drees et Insee

Des écarts énormes entre hommes et femmes. La retraite globale moyenne des femmes (y compris les avantages accessoires de retraite, et notamment les pensions de réversion) représente 72 % de celle des hommes. Les écarts se réduisent progressivement, selon la Drees, mais le montant moyen de pension des femmes reste nettement plus faible, avec 899 euros mensuels, contre 1.552 euros pour les hommes en décembre 2010.

Des écarts énormes entre les situations. Le niveau de vie des retraités varie selon leur âge, s'ils sont en couple, et suivant la situation de l'autre membre du couple ( le "droit dérivé" est une pension reversée après la mort du conjoint) :




Un niveau de vie global qui rejoint celui des actifs. Avec les Pays-Bas, la France est l'un des seuls pays d'Europe où le taux de pauvreté des plus de 65 ans est inférieur ou égal à celui des 25-54 ans. En 2006, le niveau de vie moyen était de 23.970 euros chez les retraités, contre 23.060 euros chez les actifs. En moyenne, leur patrimoine net était de 252.700 euros en 2004, contre 231.000 euros pour les actifs. "Au total, si les retraités forment un ensemble hétérogène, il s'avère que leur situation financière moyenne a connu une amélioration indéniable et a rejoint celle des actifs, voire peut apparaître plus favorables que celle du reste de la population", résume la Cour des comptes dans son rapport.
Ce qui attend les retraités

Partant de ce constat, la Cour des comptes propose de revoir un certain nombre de dispositifs :

L'abattement de 10% de l'impôt sur le revenu. Sa suppression pourrait rapporter 3 milliards d'euros. Elle mettrait fin à une injustice : la moitié de cette dépense fiscale profite aux 20% des foyers les plus aisés. Mais sa suppression nécessite des aménagements. En rendant imposable ou en augmentant le revenu imposable des centaines de milliers de retraités, elle les rendrait inéligibles à de nombreuses prestations sociales soumises à conditions de ressources : allocations logement, allocations adulte handicapé.

L'exonération pour les retraités ayant eu plus de trois enfants. La fiscalisation de la majoration qu'ils perçoivent pourrait rapporter 800 millions d'euros.

Le taux de CSG à 6,6%. En alignant son taux sur celui des actifs, 7,5%, pour les pensions les plus élevées, elle rapporterait 1,2 milliard d'euros supplémentaires.

L'exonération pour les particuliers employeurs. La Cour propose de soumettre cette exonération totale de cotisations sociales à des conditions de ressources. Elle serait ainsi maintenue uniquement pour les moins aisés.

La cotisation d'Assurance maladie. La cour des comptes propose que les retraites complémentaires et les pensions de base soient taxés à 1% (au-dessus d'un certain seuil pour les pensions).

La fiscalité locale. A plus long terme, la Cour évoque une suppression de la fiscalité fondée sur les critères d'âge. Ainsi, les retraités au-delà de 65 ans seraient tous soumis à la taxe d'habitation et à la taxe foncière.

Le minimum vieillesse. La Cour propose de repenser un certain nombre de points de ce dispositif. Notamment son mode de financement. Aujourd'hui, il coûte 3,45 milliards d'euros par an, et n'est financé que par la dette sociale, explique la Cour. "C'est-à-dire par les générations futures".

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20120914.OBS2472/retraites-quels-avantages-quel-niveau-de-vie-quelles-reformes.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20120916

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Les retraites   Ven 21 Sep 2012 - 23:55

Citation :
Mission impossible pour nous, les jeunes
Le projet de la ministre du Travail visant à augmenter les cotisations de retraite pour réduire la pauvreté des seniors suscite un tollé dans le pays. Dettes, climat, pensions, et quoi encore ? s’insurge une journaliste trentenaire.
13.09.2012 | Kerstin Bund | Die Zeit
ça commence à bien faire ! Il n’est pas possible de mettre tous les problèmes de ce pays sur les épaules de la génération qui atteint l’âge adulte en ce moment en Allemagne. Ma génération. On reproche aux 20-35 ans de n’avoir rien en commun, ni identité ni idéologie. A la différence de la génération d’après-guerre, des soixante-huitards ou de la “génération golf”, ma génération n’a pas de nom. Eh bien, le voilà : “génération surcharge”.Il y va de la justice. L’enjeu n’est pas moindre dans le débat en apparence si technique du supplément de retraite.

Est-il juste qu’un salarié qui gagne 2 500 euros bruts reçoive une pension de retraite inférieure au minimum garanti de 688 euros après avoir travaillé à temps plein pendant trente-cinq ans [comme l’indiquent les chiffres officiels à l’horizon 2030] ? Que quelqu’un, au premier jour de sa retraite, doive commencer à aller à l’aide sociale ? Non, ce n’est pas juste ! C’est contraire à notre sentiment qu’une vie de travail doit déboucher sur une retraite digne.Les mesures proposées par Ursula von der Leyen pour lutter contre la pauvreté des seniors ne font qu’engendrer une injustice encore plus grande. La ministre du Travail souhaite que les personnes qui ont travaillé et cotisé longtemps perçoivent une pension d’au moins 850 euros, ce supplément devant être financé par une hausse à la charge des cotisants actuels.

En voulant rendre les retraites plus justes, Ursula von der Leyen les rend plus injustes. Outre que ces pensions ne toucheront pas ceux qui en ont le plus besoin, elles violent le principe fondamental selon lequel plus on cotise, plus on perçoit par la suite. Une personne qui s’est constitué sa retraite elle-même pourra donc finir par toucher autant que quelqu’un qui a cotisé moins, et moins longtemps.

Mais la plus grande injustice, c’est celle-ci : cette proposition fait passer le bien-être des vieux avant celui des jeunes. On pourrait dire que c’est bien naturel dans une société vieillissante, la démocratie s’adapte à la démographie. Mais si c’est la démographie qui détermine la démocratie, à un moment ou un autre, la solidarité en prend un coup. Le système de retraite par répartition repose sur l’idée que les plus jeunes prennent en charge les plus âgés, ceux qui travaillent aujourd’hui paient pour ceux qui sont à la retraite. Or ceux qui commencent juste à travailler savent qu’ils n’ont pas grand-chose à attendre du régime général de retraite. Comment va-t-on leur expliquer qu’ils vont devoir payer encore plus, alors qu’ils recevront encore moins plus tard ?

Les réformes passées [attachées au nom de Walter Riester, ministre du Travail sous le premier gouvernement Schröder] avaient pour but de faire baisser les cotisations de retraite pour que les gens puissent continuer à les payer. Les actifs sont en effet de moins en moins nombreux et doivent entretenir de plus en plus de retraités. Pour lutter contre le risque de pauvreté chez les seniors, on avait inventé les retraites privées.

Ce plan ne marche manifestement pas.Ma génération a hérité de centaines de milliards de dette de ses parents, les plus riches de tous les temps. Nous, les jeunes, nous devons non seulement payer ces dettes, mais aussi sauver le climat, aux dépens duquel nos prédécesseurs se sont assuré croissance et prospérité. Et nous sommes priés de nous reproduire rapidement parce qu’ils n’ont pas fait assez d’enfants. Et puis quoi encore ?

La mission qui pèse sur ma génération est en contradiction avec son sentiment d’insécurité. Les jeunes ne croient plus qu’ils s’en sortiront mieux que leurs parents. Ils ont dû s’habituer à vivre dans l’instabilité, à n’avoir que des CDD, à voir que la période qui suit une crise n’est que le prélude à une autre crise. Où ma génération doit-elle puiser ses forces quand il n’existe aucune perspective de venir à bout des dettes contractées par le passé ? Quand il en arrive toujours de nouvelles ? Quand leur volume est tel qu’une vie entière ne suffirait pas à s’en débarrasser ? Que se passe-t-il ? Eh bien, on a un sentiment d’impuissance. Un sentiment dangereux, car il peut un beau jour se muer en colère. Et la colère est un poison pour la solidarité d’une communauté.Alors, que faire ? Annuler le contrat entre les générations ? Non, mais le rendre plus juste.

Pour les retraites, faire peser le fardeau sur toute la société et pas seulement sur les actifs. Commencer par instaurer une retraite de base supérieure au minimum garanti d’aujourd’hui, financée par l’impôt, auquel tout le monde contribue.Ce serait un petit pas pour une plus grande justice entre les générations. Pour un grand pas, il faudrait une rébellion. Et pour une rébellion, il faut des ministres qui ne cessent de faire payer les jeunes au nom de la justice. Des ministres comme Ursula von der Leyen.
http://www.courrierinternational.com/article/2012/09/13/mission-impossible-pour-nous-les-jeunes

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Les retraites   Mer 17 Juil 2013 - 18:44


_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
Wrathchild
Gypsy touch
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3109
Age : 32
Localisation : On the road
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Les retraites   Mer 17 Juil 2013 - 18:52

Bien fait pour eux!

_________________


Où est ma vache?
Revenir en haut Aller en bas
darkdays
Admin par Intérim
Admin par Intérim
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5429
Age : 35
Localisation : La Forêt magique du Monde de Monsieur Fred
Emploi : Cryptkeeper
Loisirs : créer des topics sur un forum désert
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Les retraites   Mar 20 Aoû 2013 - 17:48

Citation :
La CSG, une hausse continue depuis sa création
Le Monde.fr | 20.08.2013 à 15h46 • Mis à jour le 20.08.2013 à 16h34 | Par Frédéric Cazenave
[...]
90 MILLIARDS D'EUROS

"L'assiette est très large. Il n'y pas de quotient familial, pas de niche. En 2013, la CSG permettra à l'Etat d'empocher 90 milliards d'euros. C'est le premier prélèvement, avant même l'impôt sur le revenu, qui rapporte environ 60 milliards d'euros", souligne Vincent Drezet, du syndicat Solidaires-Finances publiques.

Un demi-point de CSG de plus, comme cela été avancé durant l'été, permettrait de rapporter 6 milliards d'euros.

"Le problème, c'est que cette ponction ampute directement le pouvoir d'achat des ménages", prévient M. Drezet. De plus, augmenter la CSG de 0,5 point pour tout le monde a un impact différent selon sa situation, les taux n'étant pas les mêmes que l'on soit salarié (7,5 %), chômeur (6,2% ou 3,8%) ou retraité (6,6 % ou 3,8 %).

D'ailleurs, le rapport Moreau, prélude à la réforme des retraites, proposait notamment d'aligner le taux de la CSG applicable aux pensions sur celui des revenus d'activité.
[...]
http://www.lemonde.fr/argent/article/2013/08/20/la-csg-une-hausse-continue-depuis-sa-creation_3463845_1657007.html#xtor=AL-32280308
tu bosses toute ta vie
tu bosses encore plus que ce pourquoi tu avais signé au départ
ta paie diminue au fil des hausses des cotisations
au fil des réformes, tu te prends des trimestres à faire en plus
et une fois le repos arrivé, on te ponctionne encore des cotisations
CSG qui continue d'augmenter alors que t'avais signé ton dossier de retraite et pris ta décision de partir en fonction du montant de la pension qu'on était censé te verser

_________________
despite all my rage i am still just a rat in a cage
---
so i wait my turn, i'm a modern man
so i wait in line, i'm a modern man
and the people behind me, they can't understand
makes me feel like, something don't feel right
like a record that's skipping and the clock keeps ticking
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantominus
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les retraites   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les retraites
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOS RETRAITES
» Retraites spirituelles laïques
» Site de grands voyageurs
» La CGT défend les retraites... enfin les siennes...
» UNE BONNE MAISON DE RETRAITE...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Des Mots-Niaques :: Actualité & Informations :: Economie-
Sauter vers: